Comment penser l'entreprise autrement et imaginer celle de demain ? Retrouvez ici tous les mois nos actualités, ainsi que des articles, des interviews et des livres blancs pour découvrir des expériences innovantes et vous offrir de nouveaux éclairages sur vos missions.


Interviews

3 questions à Julien Pelletier, responsable priorité "qualité de vie au travail" à l'Anact

"La qualité de vie au travail, c'est d'abord construire l'avenir"

Julien Pelletier est le responsable de la priorité “qualité de vie au travail” à l’Anact, l’Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail. Dans le cadre du contrat qui la lie avec son ministère de tutelle, le ministère du Travail, l’Anact travaille sur trois priorités, ou trois “projets”, dont la qualité de vie au travail. Concrètement, il s’agit de développer des méthodologies pour outiller les partenaires sociaux dans leur évaluation de la qualité de vie au travail. Julien Pelletier nous en dit plus sur la démarche.

Comment définit-on et mesure-t-on la qualité de vie au travail ?

La qualité de vie au travail dépend de la capacité d’agir et de s’exprimer sur le contenu et l’organisation du travail. Notre mission, c’est d’outiller les groupes de salariés pour qu’ils puissent évaluer l’organisation, puisque c’est cela qui détermine la qualité de vie au travail. Quant aux critères, nous en imposons trois. D’abord, la nouvelle organisation doit être efficace, ce qui n’est pas toujours le cas. Ensuite, elle ne doit pas avoir d’impacts négatifs sur la santé, ce qui implique de développer des sous-critères et indicateurs sur la santé. Enfin, il y a la question du métier : est-ce que cette organisation permet de développer des compétences, ou est-ce que ça déqualifie les salariés ? À l’intérieur de ce cadre, nous n’imposons pas de critères ou d’indicateurs, mais nous donnons une démarche aux salariés pour qu’ils produisent les leurs. Par exemple, si l’on demande aux salariés d’évaluer une nouvelle organisation avec des horaires flexibles et la fusion de deux équipes, c’est eux qui choisiront les critères. Ils pourront décider de se focaliser sur l’équilibre vie professionnelle-vie privée, qu’on appelle la conciliation, ou sur l’absentéisme par exemple.

Comment aidez-vous concrètement les salariés à faire cette évaluation ?

Nous intervenons à trois moments différents : d’abord, les salariés peuvent s’exprimer et agir sur une nouvelle organisation avant qu’elle ne soit installée, grâce à des techniques de simulation (logiciels 3D, marionnettes, plans, etc.). Cela leur permet de participer à la construction de cette organisation. La deuxième phase, c’est pendant les quelques mois qui suivent la mise en place de la nouvelle organisation ou procédure : ...



demainlequotidien.fr